Moyens naturels pour la préservation de la santé - NaturalHealthMeans.com

Moyens naturels 

pour la préservation

de la santé 

Tous les produits Labosp Tous les produits Easynutrition Anti-oxydant Anti-âge Apaiser... Articulation, souplesse Bouche, Dents, Haleine Cardiovasculaire Cheveux, peau et ongles Circulation Comportement Confort urinaire Croissance Digestion Dépendances Détox En promo... Environnement Equilibre Femme Fluidité esprit zen Forme Energie Poids Gluten Homme Immunité Minceur Mémoire et concentration Nouveautés Nutrition supplémentation Ossature Respiratoire Santé Sexualité Soulager Sport Stress, nervosité & sommeil Transit Troubles menstruels Vision

Les plantes de ma maison nuisent-elles ?

Les plantes de ma maison nuisent-elles ? A lire aussi...

Sommaire

On a tous probablement déjà entendu l'idée reçue qui prétend que les plantes d'intérieur, rejetant du CO2 pendant la nuit, sont dangereuses, car polluantes pour l'air que nous respirons, notamment si celles-ci se trouvent dans notre chambre.

Certes, les plantes rejettent du CO2 pendant la nuit, mais en quantité telle que l'on pourrait comparer le rejet d'une plante standard sur une nuit à celui d'un rongeur. Il est alors encore plus « dangereux » de dormir en couple, à plusieurs enfants dans une chambre, ou encore, avec son animal domestique dans la pièce !

Et si cette quantité de CO2 rejetée dans l'air par une plante varie selon la totalité de la surface de ses feuilles, elle ne peut cependant pas atteindre, dans des proportions domestiques, un seuil nocif pour l'homme.

Bien au contraire !

Polluants domestiques et plantes dépolluantes

Les polluants dégagés par les matériaux - composés organiques volatils (COV) - constituant les maisons et les bâtiments modernes ainsi que les composants des équipements et du mobilier qui les remplissent, sont - et cela n'est plus à prouver depuis longtemps - à l'origine de nombreux cancers.

On y retrouve certains composants servant notamment dans la fabrication des cigarettes, comme le formaldéhyde, le xylène et le benzène, au sein des peintures, des parfums d'ambiance, des meubles, des moquettes, des vernis, des cires, des parquets et des produits ménagers.

On pourrait aussi parler d'ammoniac, de toluène, de trichloréthylène, de plomb, des fibres minérales, d'oxydes d'azote, de pesticides, du monoxyde de carbone des chaudières à gaz, de la fumée de tabac, des moisissures, des allergènes dus aux animaux domestiques, des acariens.

De plus, le manque d'aération concentre les polluants dans notre milieu ambiant, empêche leur élimination et nous entretient au quotidien un air invisiblement vicié.

Encore une fois, la nature possède tout ce dont nous avons besoin. Il existe de très nombreuses plantes dépolluantes. En voici quelques-unes plus communes et les polluants victimes de leurs vertus décomposantes :

  • décomposition du benzène par l'aglaonema
  • décomposition de l'amoniac par l'azalée
  • décomposition du formaldéhyde par le ficus
  • décomposition du monoxyde de carbone par l'orchidée papillon
  • décomposition du pentachlorophénol par le philodendron
  • décomposition du toluène par la fougère de Boston
  • décomposition du trichloréthylène par le lierre,
  • décomposition du xylène par le ciclamen

En s'isolant de la nature dans le béton, le goudron et la technologie, l'homme s'est départi d'une protection principale, mais la science démontrant suffisamment à qui veut l'entendre les vertus purifiantes des écosystèmes, de plus en plus de constructions « vertes » voient le jour.

Ramenons de la nature dans nos logements ! Quelques plantes en pots - voire davantage - pour un univers ravivé : un concept réalisable.

Céline Lurquin, rédactrice

Contactez-nous

Qui sommes-nous ?

Actions solidaires

Vous êtes une association dans le domaine de la santé ? Faites-vous connaître ici.