Moyens naturels pour la préservation de la santé - NaturalHealthMeans.com

Moyens naturels 

pour la préservation

de la santé 

Tous les produits Labosp Tous les produits Easynutrition Anti-oxydant Anti-âge Apaiser... Articulation, souplesse Bouche, Dents, Haleine Cardiovasculaire Cheveux, peau et ongles Circulation Comportement Confort urinaire Croissance Digestion Dépendances Détox En promo... Environnement Equilibre Femme Fluidité esprit zen Forme et énergie Gluten Homme Immunité Minceur Mémoire et concentration Nouveautés Nutrition supplémentation Ossature Respiratoire Santé Sexualité Soulager Sport Stress, nervosité & sommeil Transit Troubles menstruels Vision

Gaspillage alimentaire... et si on cuisinait nos restes !

Gaspillage alimentaire... et si on cuisinait nos restes ! A lire aussi...

Sommaire

Avec près de 20 kilos de déchets jetés chaque année par les Français, dont 7 kilos de produits non consommés encore emballés, 174 euros de nourriture qui partent annuellement à la poubelle en Belgique, 25% des aliments achetés en Grande-Bretagne jetés, le gaspillage alimentaire concerne toute l'Europe.

Un état de fait qui en outre ses conséquences sur le budget des ménages, pose les bases des enjeux éthiques, économiques, sécuritaires, environnementaux actuels, dépendants cette « mauvaise » habitude, reproduite dans nos gestes du quotidien.

 Les causes du gaspillage :

  • Pour quelle raison en sommes nous arriver à devoir parler de gaspillage alimentaire, une pratique qui peut sembler insoutenable si l'on place en parallèle, sans intention démagogique, le fait qu'une grande partie de la population de cette planète ne peut manger à sa faim au quotidien ?
  • Les causes semblent multiples, de par l'évolution que notre société a connu, à travers notamment des modes d'alimentation et de rythme de vie modifiés. Peu de temps pour se poser, cuisiner, un manque d'anticipation autour des futurs repas, peu d'attention dans les achats avec parfois des dates de consommation des produits trop courtes, une trop grande quantité d'aliments mis dans le caddie, voir parfois aussi inutiles. 
  • Se rajoutent à cela les campagnes promotionnelles ou publicité qui sont là pour nous faire acheter de façon irréfléchie, inconsciente mais, et surtout, pour nous orienter, robots que nous sommes parfois lorsqu'il s'agit de prendre soin de notre alimentation et de notre santé de façon directe : un surplus de victuailles qui risquent de venir tout simplement remplir nos poubelles.
  • Le consommateur, de par sa contribution quotidienne au gaspillage, n'en est pas le seul acteur malheureusement. Quid de la restauration collective, qui faute peut être de prendre en compte les besoins de ses utilisateurs, de servir des plats peu gouteux, standardisés, contribue pour une grande part également, à jeter les assiettes des cantines au fond de la poubelle !

 Une éducation réflexe à mettre en œuvre :

Une habitude, pour être cassée, nécessite à la fois d'être remplacée par une autre la plus simple possible mais et surtout exige une prise de conscience : qui peut se targuer de savoir à combien s'élève les kilos de nourriture par semaine jetés à la poubelle ? Un bon exercice pour déjà se rendre compte du gaspillage engendré par le foyer, bien en amont de la description plus précise des aliments concernés, qui peut constituer l'étape suivante.

Un nouveau mode de consommation :

Une fois ce bilan effectué, acheter ensuite des quantités adaptées, tout en examinant les dates de péremption, ranger logiquement les aliments au réfrigérateur pour connaitre son état du stock, préférer les fruits et les légumes de saisons plus goûteux et apprendre à cuisiner les restes : de nouvelles habitudes à mettre en place pour tenter à la fois de réduire les déchets et d'éviter le gaspillage.

Une seconde vie pour les aliments :

  •  Concocter de nouveaux plats avec des restes plutôt que de les jeter peut devenir un jeu des plus simples, si la volonté et la motivation sont là.Bon nombre d'épluchures peuvent être conservées pour cuisiner une tourte, préparer un court-bouillon pour la réalisation d'une soupe ou être servies avec du fromage fondu. La peau de la plupart des légumes renferment de plus des antioxydants, des vitamines bénéfiques pour la santé : une façon de se faire du bien tout en diminuant le gaspillage.
  • Les cosses des petits pois, les fanes de radis, de carottes par exemple trouvent ainsi toute leur place dans une nouvelle cuisine de « recyclage », à défaut dans le meilleur des cas d'enrichir le compost mais pas le sac plastique de déchets déjà bien engorgés.Les peaux des agrumes, râpées, peuvent être mises à infuser avec des herbes du jardin, servies comme tisane, tout simplement incorporées dans un gâteau de par les nombreuses molécules odorantes qu'elles renferment : un peu d'eau, de farine, de sucre, d'œufs et le tour est joué !

 Des techniques culinaires des plus simples :

  • Pour utiliser les restes du frigo,rien de plus aisé que des les incorporer soit dans des tartes, des pizzas, des quiches et autres cakes. Les clafoutis salés, par exemple, constituent un plat à part entière, facile et rapide à cuisiner. Pour se faire, quelques ingrédients incontournables doivent toujours figurer dans le placard ou le frigidaire : de la farine, des œufs, un lait ou une crème, d'origine végétale si possible, un flacon d'épices, de l'ail, de l'oignon et des herbes fraîches.
  • Les omelettes représentent un moyen des plus aisés de « recycler », de par les multiples combinaisons possibles qu'elles permettent : associées à des pommes de terre, de l'oignon rouge ou jaune, un peu de bacon, de jambon, des dés de courgettes, des lamelles de champignons.

 La conservation des aliments :

  • Malgré toute la bonne volonté, difficile parfois de venir « à bout » d'un plat, les enfants n'étant finalement pas venus déjeuner, le dîner annulé, qu'à cela ne tienne : avoir le réflexe de congeler peut éviter également le gaspillage. La plupart des plats faits maison, les légumes, fruits supportent très bien ce mode de conservation, permettant ainsi de les préparer ou des les resservir plus tard dans le temps.
  • Il convient toutefois de bien respecter les mesures d'hygiène afin d'éviter tout risque d'intoxication alimentaire : bien vérifier que le produit est en bon état de conservation, le laver avec précaution, laisser refroidir le plat sans le laisser trop longtemps à la chaleur de la pièce, évitant ainsi le développement de certaines bactéries pathogènes.

En conclusion, éviter le gaspillage demeure tout à fait possible de nos jours, tout étant lié à une démarche personnelle mais aussi collective : adopter de bons gestes devient urgent. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'Energie (ADEME) l'a bien compris également si l'on en croit la campagne lancée dernièrement pour dire stop au gaspillage alimentaire. Puissent toutes ces initiatives, pratiques faire reculer ses tonnes de déchets sous lesquelles nous croûlons !

avatar

Département Bien-être et Nutrition

Contactez-nous

Qui sommes-nous ?

Actions solidaires

Vous êtes une association dans le domaine de la santé ? Faites-vous connaître ici.